La rave-party tourne court à Bassens

http://www.sudouest.fr

Quelque trois cents fêtards avaient investi un hangar désaffecté pour une rave-party non déclarée. Un dealer a été interpellé.

Situé dans une zone isolée et inoccupée, le bâtiment de la rave-party n'a pas été choisi par hasard (Photo Philippe Taris)
Situé dans une zone isolée et inoccupée, le bâtiment de la rave-party n'a pas été choisi par hasard (Photo Philippe Taris)

Le choix n'était pas dû au hasard. L'endroit est vaste, isolé et inoccupé. Pour la nuit de la Saint-Sylvestre, quelque trois cents personnes venues de toute la région avaient investi un hangar désaffecté, situé avenue des Guerlandes, près des docks à Bassens. Un lieu de rendez-vous idéal pour une rave-party. Interdite car non déclarée.

L'alerte a été donnée par une société de sécurité vers 1 h 30. Le hangar était en fait soumis à un arrêté municipal de mise en péril, notamment à cause d'une toiture en très mauvais état et de la présence d'amiante. À leur arrivée, les policiers bordelais renforcés par une demi-compagnie de CRS ont pu constater qu'alcool et produits stupéfiants circulaient déjà depuis un bon moment. Une grande scène et une sonorisation conséquente avaient été installées. Des jeunes dansaient, buvaient, fumaient, tentaient d'échanger quelques mots et les ont tout de suite perçus comme des trouble-fête.

C'est donc dans des conditions sonores et visuelles difficiles, et même à la lueur de leur torche dans un premier temps, que les forces de l'ordre ont dû intervenir pour déloger les jeunes de ce bâtiment qui pouvait représenter un danger pour eux.

Rencontrant beaucoup de réticence mais peu de résistance, essuyant des insultes et commentaires, les policiers ont peu à peu repoussé les fêtards et les ont convaincus d'évacuer les lieux et de démonter leur matériel.

Plusieurs contrôles d'identité ont eu lieu. Un Charentais de 26 ans a été interpellé et placé en garde à vue. Il serait venu délibérément dans l'intention de trouver des clients pour écouler une quinzaine de sachets d'amphétamine. Le speed s'est révélé être de la poudre de PCP, un anesthésiant à usage vétérinaire utilisé de manière détournée pour se droguer. Le jeune sera sanctionné lors d'une comparution par reconnaissance préalable de culpabilité.

 

Le 02/01/2012.

Source : www.sudouest.fr

 

Réagissez sur le forum.

Loading